Expectations vs. Reality Cooking : Dés de butternut rôtis pt. 1: Le projet

Nouveau type de post pour parler bouffe ici (tous les pretextes sont bons pour la mange, visiblement). L’idée est de faire deux posts par recette, un avant, avec les attentes et la théorie, puis la pratique dans un deuxième article.

Pour filer la métaphore du sport, avec laquelle je suis peu – voir pas – pote, c’est comme préparer un match de foot, avec la stratégie, les grandes idées, puis le regarder depuis le banc de l’entraîneur, et le replay le lendemain.

Résultat de recherche d'images pour "gif tuche entraineur"
Allégorie de la dernière fois que j’ai pratiqué une activité de type sportière, artiste inconnu

Pour commencer cette série, on va commencer par la théorie, et, fin du mois oblige, on fait avec ce qu’on a. L’idée étant de faire ce qu’on peut d’un reste de courge butternut. Instinctivement j’aurais fait une soupe, mais ma moitié a mis la barre haut en la mettant dans un couscous plus tôt. Il me fallait être original.

On va donc essayer (je dis bien essayer) de faire des dés de butternut, marinés, revenus à la poêle. Voici le plan :

Mon 4.4.2, en trois étapes

Première étape, chopper la courge, la peler, et la couper (si possible) en dés de 2 cm de côté. Normalement, ça devrait pouvoir le faire et pas être trop violent à manger et assez rapide à cuire. C’est mardi, on est tous assez fatigués pour ne pas se rajouter un truc relou à mâcher.

Deucième étape, la doublette. D’abord, attendrir la courge en passant les dés une dizaine de minutes au four. Ça aura le mérite de lui mettre un premier coup de pression, et de lui ouvrir les chakras pour passer à la phase 2.2, la marinade.

Toujours fin de mois oblige, dans un sac refermable, je vais faire une marinade à base d’huile d’olive, de thym et d’ail (et d’autres joyeusetés si jamais je trouve ce qu’il faut). Et – c’est pour ça que j’adore le principe de la marinade – laisser reposer une petite heure.

Résultat de recherche d'images pour "gif solution offensive"

Troisième étape, l’offensive, on passe les dés marinés à la poèle histoire de les faire dorer comme il faut, avec un peu de chance ça leur ajoutera un petite croûte un peu caramélisée, ce qui n’est pas pour me déplaire. Voilà pour la théorie. On attend ce soir pour la pratique.

Les sides

Histoire d’agrémenter un peu le tout, et de passer un bon moment en cuisinant, (on est pas des bêtes) je pensais – et on est d’accord que c’est juste un prétexte pour parler de musique – écouter un truc à l’image de la fin de mois et de la créativité nécessaire : le Générique de McGyver (d’autant que John Rachid a tout juste sorti une super vidéo sur le sujet dernièrement).

Résultat de recherche d'images pour "Uprising Bleed from within"

En rigolant un peu moins, je pense que je vais accompagner ce moment avec le dernier morceau de Bury Tommorrow qui est sorti tout récemment : Cannibal.

J’aime beaucoup beaucoup cet EP qui présage que du bon pour la sortie de l’album cette année – dont on parlera certainement bientôt ici.

Allez, on part là dessus, à tout à l’heure pour la deuxième partie de l’article : la réalité. Moustache besos.

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑