Chroniquette #1 – Live from Freedom Hall de Lynyrd Skynyrd | JAMBON\FROMAGE

Je vais commencer à tordre un peu le concept de partager une couverture d’album par jour sur facebook, parce que j’adore parler de musique et partager des trucs sur des chansons. Du coup, chaque jour je vais balancer un album, quelques petits trucs sur le groupe et l’histoire de l’album finir sur un focus sur une des chansons du dit album.

Histoire de faire original, je vais appeler ça les « Chroniquettes », subtil mélange de « chronique » et de « coquillette ». Termes relatifs à mes passions pour :

1) les textes radiophoniques bien foutus (Guillermo Guiz, si tu lis ça, coeur avec les doigts).

2) Les aliments composés d’un mélange pétri de farine, d’eau et de sel, qui constituent un apport bien connu de sucres lents. Très pratique en cas de grosse dèche de fin de mois (les vrais savent).

3) Le suffixe « -ette » apportant à ce nom l’humilité nécessaire à un statut facebook trop long qui sera lu par peu de gens (sisi, on sait).

Let’s do it !

Quelques petits trucs sur le groupe et l’histoire de l’album :

C’est le dernier album live que le groupe ait sorti, en 2010. Sur ce live, le groupe était composé uniquement de membres non-fondateurs (le dernier spécimen vivant de cette espèce super menacée, Larry Junstrom, bassiste de son état, a quitté le groupe en 1970. Les autres membres fondateurs ont quitté le groupe, ainsi que leurs existences, de façon plus ou moins naturelle – on voit ça juste après).

Le groupe a sorti des hits massifs, entre autres, Free Bird, Sweet Home Alabama, Simple Man, Gimme Three Steps, … Sweet Home Alabama a d’ailleurs une histoire sympa que Samuel Degasne (« Une chanson, l’addition » sur Youtube) raconte super bien (https://buff.ly/2jUkw5x).

Lynyrd Skynyrd est un groupe de rock sudiste, genre qui fait la part belle aux guitares, avec des solos de dix kilomètres de long et des guitares souvent harmonisées (à deux voire 3 guitares pour certaines parts). Lynyrd Skynyrd ne manque pas à ce trait puisqu’il y a pas moins de trois guitaristes dans la formation actuelle. On peut retrouver des parts harmonisées dans une bonne partie du solo de Free Bird (là : https://buff.ly/2IiSdfF)

Focus sur un morceau :

Si j’avais qu’un morceau à en tirer ce serait That Smell, qui dans l’histoire du groupe joue un rôle assez intéressant puisqu’il est l’objet d’un grosse coïncidence. On pourrait dire qu’il s’agit d’une sorte de « rêve prémonitoire » du guitariste Allen Collins qui raconte son accident de voiture (causé par son léger souci d’alcool et de drogue – au passage).

Le chanson est sortie le 17 octobre 1977. Trois jours plus tard le groupe est victime d’un accident d’avion durant lequel il perdra plusieurs de ses membres (Ronnie Van Zant, chanteur et compositeur), Steve Gaines (guitariste et parolier) et Cassie Gaines (choriste). Cet accident marquera le début d’une pause de dix ans pour Lynyrd Skynyrd.

Autres trucs en rapport :

That Smell a été samplée par Infamous Mobb, et ça me fait sourire qu’un morceau de Southern Rock écrite par un groupe qui brandit le drapeau sudiste soit repris par un groupe de hip-hop bien East Coast, genre dont les origines sont assez éloignées des valeurs, un poil controversées, de certaines personnes arborant encore aujourd’hui, le Dixie Flag…

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑